Je suis une bonne mère ?

Je suis une bonne mère ?

LA question ! Est ce que j’assure ? Est ce que je fais bien ? Je fais ce qu’il faut ? Et dans la pratique ça donne quoi ? Et si je profitais de cette première fête des mères pour partager tout ça avec vous.

Les gens vous jugeront toujours. Pas forcément méchamment des fois même pour votre bien. Mais en tant que nouvelle maman, vous verrez dans ces conseils, ces remarques, un jugement.

Des personnes qui ne comprennent pas pourquoi tu n’allaites pas, pourquoi tu le laisses ou tu ne le laisses pas le temps d’une heure, d’une journée, pourquoi tu fais comme ça ou comme ça…

Je pense qu’on ne peux pas se poser plus de questions dans notre vie que lorsque l’on devient maman. Chaque geste, chaque action, chaque décision est réfléchis comme si le monde entier allait s’écrouler après ça. Oui oui rien que ça x) et tout ce qui vous entoure (personnes, pubs, articles, et j’en passe) viendront dans la seconde où vous aurez pris votre décision, vous faire douter. Joie !

 

 

Ne pas allaiter.

 

1er sujet sensible auquel j’ai du faire face. L’allaitement. Oui, je n’ai pas allaité. Oui, c’était un choix. J’y ai longtemps réfléchi, échangé avec M. My Only One. Et oui, je n’ai pas allaité. Je pense que c’est LE sujet qui fera toujours autant parler les gens. Le plus important pour moi était que le papa soit ok. C’est le seul qui aurait pu me faire changer d’avis. Et 11 mois après, je ne regrette pas. J’ai forcément culpabilisé à certains moments. Essentiellement quand mon Loulou cherchait le sein. Mais je ne me voyais vraiment pas allaiter et je ne pense pas qu’on puisse réussir si l’on n’est pas dans un bon état d’esprit. 

 

 

Sortir sans baby loulou.

 

Autant j’ai eu du mal à laisser le petit à mon entourage proche, (Larmes au rdv. Et encore, je l’ai laissé 24h pour la première fois à 3 mois et je pense que c’est déjà très tôt pour lâcher ce petit bout qui était H24 avec moi depuis 1an.), autant je l’ai très vite laissé à son père. Un rendez médical, des courses, un colis à aller chercher. Je l’avoue, ça me faisait du bien. Sortir. Oublier cette responsabilité que l’on a, ce petit bout qui dépend totalement de nous pour aller bien. Et juste souffler et déstresser. Et puis, il y a ces phrases, totalement mignonnes et gentilles de la part des gens, mais qui vous font culpabiliser et douter en 2sec. “Allez file vite retrouver ton petit, il doit te manquer, tu dois être stressée”. Et toi tu te dis que tu n’es pas si pressée que ça, que tu veux “profiter” encore un peu. Même en l’écrivant je me dis “nan mais paye ta mère indigne” ! ^^ et c’est exactement ce que tu te dis à ce moment là !

 

 

Etre à bout de fatigue.

 

Il était totalement logique pour moi d’assurer les nuits si M. My Only One travaillait le lendemain. Moi qui suis une grosse dormeuse, j’appréhendais beaucoup ces nuits courtes/blanches et finalement ça n’a vraiment pas été insurmontable. Le plus difficile est d’enchainer. H24. Pas de répit. La vie de ce petit amour ne dépend que de vous. Toute votre attention est tournée vers lui. 0 minute de répit, de repos. Je dormais dès qu’il dormait mais vous êtes quand même attentive même en dormant x) Alors oui, le vendredi, je n’en pouvais plus. J’avais hâte qu’il rentre et qu’il prenne la relève. Que je me pose. Que cette pression redescende. Arriver en fin de semaine et ne plus avoir du tout de patience. Je l’avoue, je me suis mise à croiser les doigts certaines nuits pour qu’il se lève et s’occupe de loulou. Je me suis mise aussi à penser à ma reprise du travail, me dire que je pourrais “souffler” la journée et me “reposer”, que l’adaptation avec la nounou apporterait un peu de répit…

Respect pour les papas et mamans solos. Personnellement, il a été d’un total appui pour moi. Un soutien. Un vrai binôme. 

 

 

Ne pas valider cet instinct maternel. Se sentir impuissante.

 

On devient parents et on découvre beaucoup, beaucoup de choses. Les coliques, les pleures de décharges, les dents et j’en passe. Et je suis désolée mais ce n’est pas parce que l’on est maman que l’on connait tout ça du jour au lendemain. Que l’on sait dès le premier jour pourquoi bébé pleure à tel moment. Non, désolée. Moi, je ne savais pas. On était là, avec nos suppositions, nos analyses, notre PC et internet à chercher des réponses. On a fait comme on a pu. On s’est senti impuissants à certains moments à ne pas trouver de réponses. On a appris sur le tas et on apprend encore. 

Après si par instinct maternel on entend amour inconsidérable pour son bébé, alors oui. On l’a aimé avant même son arrivée ce petit lou. De plus en plus chaque jour. Chaque mois. A chaque regard. On se découvre. On crée notre famille, nos liens et ça, oui, c’est magique 🙂

 

 

Malgré tout ça je ne pense pas être une mauvaise mère. Je suis une mère qui apprend et qui fait de son mieux tout en ayant encore des centres d’intérêts divers. 

Et puis un jour on m’a dit “il paraît qu’il n’y a que des mauvais parents” et oui effectivement personne n’est parfait aux yeux de personnes. Donc faisons de notre mieux à nos yeux et tout ira pour le mieux.

 

 

Je vous souhaite de passer une très belle fête des mères. Pour vous même, ou pour votre maman.

Je découvre le bonheur de ce jour. C’est un second Noël pour moi, je vous laisse imaginer ahahah !!

J’espère que l’article vous a plu et que certaines se reconnaitrons sur quelques points 😉

 

Laura. 

Madame Petits Bonheurs. 



2 thoughts on “Je suis une bonne mère ?”

  • On entend très peu de voix de maman qui n’ont pas allaité par choix. Merci :). C’est courageux d’en faire part sur la blogosphère. Je me reconnais aussi dans ce qu tu dis sur les sorties. C’était un besoin vital pour moi.

    • Merci pour ton commentaire, je me sens moins seule face à ce choix de ne pas allaiter et sur les sorties 🙂 Et oui on entend et lis surtout les personnes qui partagent leur expérience sur l’allaitement et ça nous plonge un peu plus dans la culpabilité 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *